Gagner la guerre contre le coronavirus COVID-19

La pandémie dûe au COVID-19 nous a surpris impréparés et désarmés. En Chine, cette maladie a fait beaucoup de malades et beaucoup de morts, mais ils ont trouvé à se défendre – ont trouvé des armes – il faut les imiter et c’est URGENT.

Note du 27.5.2020 //

Infections virales – un peu de mathématiques

Il est déjà arrivé à l’humanité de se faire agresser par une bactérie ou par un virus (comme le SRAS-COV-2), les plus dangereux combinant une forte contagion, avec des délais d’incubation élevés, de durées variables, des patients plusieurs jours sans symptômes mais déjà contagieux; si les malades sont laissés à eux-mêmes, en l’absence de traitement anti-virus immédiatement disponible, pour les cas les plus graves c’est hôpital, des séquelles gravissimes ou le cimetière. Rappelez-vous l’effroyable peste bubonique au 14ème siècle, qui a tué en Europe la moitié de la population …

Pour décrire l’évolution d’une épidémie dans la Société, les mathématiques des séries peuvent s’utiliser en partie, à savoir le procédé itératif général:

   Nombre de contaminations: F(i+1) <== F(i) * (RAISON+1)    avec i = No de génération de patients;   RAISON, le chiffre pour décrire une situation réelle, est généralement variable au cours du temps. Remarque: c’est utilisable aussi bien pour décrire ce que fait le virus en train de se multiplier dans un patient, que pour décrire les effets de patients libres de contaminer une population sans protection: les équations sont semblables.   

Exemple: F(1) = 1 (1er patient) et RAISON = 3 – à savoir que chaque patient en liberté en a contaminé en moyenne 3 autres au bout de 1 semaine ; alors F(2) = 4, F(3) = 16, F(4) = 64, F(5) = 256, F(6) = 1’024, F(7) = 4’096, …  on reconnaît ici les puissances de 4.  F(7) représente le nombre de patients contaminés au bout de 6 semaines. Dans la progression prise pour exemple, on reconnaît une exponentielle, d’équation F(i)=4(i-1)  .

C’est un processus en pratique impossible à stopper, même si la situation réelle est généralement beaucoup moins schématique: il faut mettre la population toute entière autant que possible à l’abri de la contamination; or, sans traitement pour tuer le virus chez les patients contaminants – l’épidémie pourra tôt ou tard continuer à nuire. Cela dépend aussi de la résistance offerte par les anciens malades à une re-contamination et de l’étape où ils ont cessé d’être contagieux: la médecine est un art très complexe, où le paramètre RAISON subit des influences naturelles telles, que parfois l’épidémie cesse d’elle-même, puis reprend bien pire quelques temps plus tard, le virus ayant bénéficié par exemple d’un réservoir chez des porteurs sains.

Remarque: pour calculer une réaction nucléaire de fission ou de fusion, ou pour calculer l’évolution démographique d’une population, on emploie aussi les mathématiques des séries.

 André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, 27 mai 2020

// Fin de note du 27.5.2020

  *   *   *

Note du 14.5.2020  //

Recherche documentaire sur le désastre vaudois et suisse.

Réquisition des stocks de Plaquenil le 23.3.2020, alias interdiction d’emploi par les médecins de famille VD:    https://www.lematin.ch/suisse/canton-vaud-requisitionne-chloroquine/story/31740074   

La Grèce a employé systématiquement le traitement au Plaquenil et azithromycine en début de maladie:    https://www.letemps.ch/monde/grece-resiste-mieux-quattendu-covid19 du 24 avril 2020

2020-05-18-pandemie-statistiques

En Suisse, 15 fois plus de morts qu’en Grèce, en Pays de Vaud 29 fois plus ↓↓⇓ .  Il est évident qu’une double enquête s’impose: en Grèce et en Suisse !

Populations, sources: wikipedia/Grèce et  Wikipedia/Suisse    Données détaillées:

 André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, 14 mai 2020, rév.18.5.2020

// Fin de note du 14.5.2020

  *   *   *

Note du 25.4.2020 //

Il y a des gens plus intelligents que le reste du monde; voir l’article dans le quotidien Le Temps de  Fabien Perrier: La Grèce résiste mieux qu’attendu au Covid-19

Citation: «… Selon la cardiologue et présidente de l’Hôpital public Alexandras à Athènes, Mme Sofia Xantzidou, … aux premiers symptômes, un traitement à base de chloroquine a été prescrit. George Panayiotakopoulos décrypte: « Dans un premier temps a été prescrite la chloroquine, puis l’hydroxychloroquine accompagnée d’un antibiotique, l’azithromycine. Si le patient est suivi, les risques sont faibles. » D’ailleurs, fin mars, la Grèce a relancé la production de médicaments à base de chloroquine pour lutter contre le paludisme qu’elle avait abandonnée …»

On reconnaît le traitement décrit plus loin comme celui de l’IHU du Pr. Didier Raoult !  Sa caractéristique essentielle, fondamentale, de diligence: être prescrit dès l’apparition des premiers symptômes. Selon l’auteur, le 24.4.2020, la Grèce déplore 12 « morts du COVID-19″ par million d’habitants, la Suisse 178 (!!!); QUI est responsable en Suisse, d’avoir mis obstacle à l’utilisation par les médecins de famille de ce traitement, dès février 2020, en voulant à tout prix tester les tests français des tests chinois ?

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, samedi 25 avril 2020

// Fin de note du 25.4.2020

  *   *   *

Madame (ou Monsieur) mon médecin traitant, 

Pour une intervention curative contre  le  COVID-19, aussi  appelé  SARS-CoV-2, en Suisse, on peut utiliser par exemple du Plaquenil (de Sanofi-Aventis) ou son générique Zentiva (de Helvepharm) sur ordonnance.  Comme l’indication d’antivirus ne figure pas dans le Compendium, je propose de vous signer une décharge.

Le principe actif est l’hydroxychloroquine sulfate ; en ce qui concerne la garantie d’efficacité, se référer aux travaux du Pr. Didier Raoult, qui cite un groupe d’experts chinois. Il va de soi, que si vous avez mieux à proposer, je vous y encourage !

En complément, selon l’expert, il est recommandé d’administrer un antibiotique, par exemple de l’azithromycine.

Salutations respectueuses. Le patient _________________________________

    *   *   *

Contexte

Par chance, les médicaments à base d’hydroxychloroquine sulfate peuvent être produits en grandes quantités en Suisse, selon Novartis. D’après les quantités citées on devra pouvoir, en présence d’une pandémie et devant le besoin d’un traitement, répondre aux besoins de grandes quantités de patients tous en même temps. Ecouter à la radio RTS 1ère:   https://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/cqfd/20-03-2020

Il en ressort que le Conseil fédéral devra de toute urgence donner ses ordres à l’industrie pharma et aux médecins, de façon à mettre de l’ordre dans notre système de santé.

Pour l’aspect médical, l’usage de la chloroquine et de ses dérivés fait penser aux expériences avec le Tamiflu; plus tôt le traitement est entamé, moins le virus arrive à s’installer et à faire des dégâts: à bon entendeur … Mais l’usage de certains médicaments au long cours fait que la chloroquine est parfois contre-indiquée: c’est mon cas, hélas !

Documentation

https://compendium.ch/fr/Product/Index/15033-plaquenil-filmtabl-200-mg#MPro7250

https://compendium.ch/fr/product/1177649-hydroxychloroquine-zentiva-cpr-pell-200-mg

https://compendium.ch/fr/Search/Products?q=Azithromycine

https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-jplaqu01-PLAQUENIL.html

    *   *   *

Lien pour IHU Marseille France   Institut hospitalo-universitaire Méditerranée-Infections 

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-covid-19-qui-est-dans-le-conseil-scientifique-du-ministre-de-la-sante_142500   du 16 mars 2020

A écouter (18 minutes très denses):    https://www.youtube.com/watch?v=n4J8kydOvbc  conférence du 16 mars 2020 du Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU de Marseille; c’est un expert virologue français très expérimenté, membre de la commission mise en place par les Autorités françaises pour traiter du COVID-19. 

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/la-chloroquine-est-elle-un-bon-traitement-contre-le-coronavirus_141893  du 2 mars 2020

Une équipe de pharmacologues de l’hôpital universitaire de Qingdao (province du Shandong – Chine) ont publié (en anglais) leur recommandation d’insertion dans le guide officiel destinés aux médecins. 

    *   *   *

§ Données officielles: extrait de correspondance avec Swissmedic 

De: <Anfragen@swissmedic.ch> / Objet: 49537_médicaments contre le coronavirus / Date: 18 mars 2020 14:02:18 UTC+1 / À: Famille Bovay-Rohr

Monsieur Bovay-Rohr,

« Bayer », qui a inventé la chloroquine, avait arrêté la production en 2014, mais l’a désormais relancée. La production et la distribution de la chloroquine, sous le nom commercial Resochin®, a été arrêtée en 2019. La préparation n’était plus que rarement produite par d’autres fabricants. Entre-temps, le produit est à nouveau fabriqué par « Bayer ». L’hydrochloroquine appartient à la même famille que la chloroquine.

Les préparations suivantes contenant la substance active hydroxychloroquine sont autorisées en Suisse :

– Préparation originale : Plaquenil® de Sanofi-Aventis,

– Médicament générique : Zentiva de Helvepharm

Si ces préparations devaient ne pas être disponibles en Suisse, une préparation pourrait, sur demande, être importée dans une présentation étrangère : https://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/medicaments-a-usage-humain/surveillance-du-marche/out-of-stock.html

La responsabilité en cas d’utilisation off-label de médicaments (utilisation hors-AMM ou off-label use) incombe uniquement au médecin traitant et non à Swissmedic.

Nous espérons que cette réponse vous sera utile et vous adressons, Monsieur Bovay-Rohr, nos salutations les meilleures.

Swissmedic, Institut suisse des produits thérapeutiques

Pia Stadelmann / collaborateur spécialisé Communication (suppl. chef de division) / Communication / Informations générales / Hallerstrasse 7 / 3012 Berne / Suisse / Tél. +41 58 462 02 23 / Fax +41 58 462 02 12

 adresse de courriel: renseignements@swissmedic.ch   / Site:  www.swissmedic.ch

    *   *   *

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, Vendredi 20 mars 2020

    *   *   *

§ Comment va-t-on sortir du confinement, dû au COVID-19, en Suisse ?

C’est un aspect du problème que je n’ai vu traiter par personne à ce jour. Sans vouloir préconiser un traitement ou un autre, l’important est que ceux utilisés permettent de: 

1. Barrer le chemin vers le cimetière en réduisant d’importance la gravité de la maladie par un traitement administré tôt, dans la meilleure fenêtre de temps possible.

2. De même, barrer le chemin, par le même procédé, vers les hôpitaux; c’est urgent, car on voit venir une phase de débordement …

3. De même, prévenir, pour les personnels soignants ou autrement en contact avec le public, les conséquences d’une contamination.

    *   *   *

D’après les résultats obtenus en Chine et en Europe, l’hydroxychloroquine (un dérivé de chloroquine) fait provisoirement l’affaire: négliger ces résultats fait penser à de l’arrogance un peu raciste ou à du perfectionnisme. En effet, il n’est pas nécessaire d’établir scientifiquement le principe de l’efficacité du (par ex.) Plaquenil, du moment que des résultats historiques vont dans ce sens: tout le travail scientifique ordinairement nécessaire pour pouvoir mettre sur le marché un médicament est déjà accompli à plus de 95% (par exemple sur les dangers à éviter); ce sont des données de notice professionnelle qui sont encore à établir mieux et à vérifier: délai, dosages ciblés, durée, immunité acquise.   

On peut donc dire qu’en première approximation, dès maintenant, on doit respecter une fenêtre de 36 heures max. pour administrer le début du traitement (donnée extraite du mode d’emploi d’un autre anti-virus efficace); il faut aussi respecter les conditions d’emploi du Plaquenil, vérifier l’état du patient: c’est la tâche du médecin, le médicament étant de ce fait soumis à ordonnance; pour éviter de prescrire un médicament à tout va, si possible un test du Coronavirus doit être fait – réponse utilisable à l’intérieur de la fenêtre susmentionnée – sinon on doit commencer le traitement illico. 

Sachant déjà que le Plaquenil est utilisable au long cours, il est donc utilisable pour prévenir les effets les plus sérieux d’une contamination.

Corollaires: attendre pour administrer le traitement, que le patient soit atteint de sérieuse pneumonie, est à son détriment; cela va donc requérir des médecins de famille une grande diligence ou le recours à des mini-bus bien équipés. 

Ceci fait, on pourra diminuer le besoin d’une mise en quarantaine ou en confinement, les patients pouvant passer la phase aîgue (réduite par le médicament) à la maison: c’est un traitement devenu ambulatoire, comme pour une grippe ordinaire à sévère.

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, rév. 27 mars 2020

    *   *   *

§ QUI est responsable de n’avoir pas appliqué les médicaments connus contre le COVID-19 ?

Dans cette affaire compliquée, on découvre de l’incompétence, des négligences et un manque de bon sens évidents: même si les médicaments trouvés viennent d’experts chinois, qui ont publié, (qui n’ont pas pu appliquer des méthodes de recherches cliniques orthodoxes – d’ailleurs pas plus que nos médecins n’auraient pu le faire …), on n’en a pas d’autres à grande échelle sous la main. La tempête passée, il faudra expliquer à la parenté des morts et aux patients grièvement atteints, les raisons de cette forfaiture: quand la triste vérité sera mieux connue, sur le blocage de facto mis dans l’usage à temps du Plaquenil ou du Zentiva (entre autres), la justice pénale sera probablement saisie en Suisse. De facto aussi, il y a et il y a eu violation des codes nationaux de déontologie des médecins …

La Presse et les médias sont aussi impliqués dans cette catastrophe, pour avoir donné une place prépondérante aux sceptiques et critiques du Pr. Didier Raoult: ils ont constamment évoqué des « preuves d’efficacité de la chloroquine » soi-disant manquantes, alors que le temps imparti pour sauver les malades était compté, et que donc la possibilité de contrer la pandémie était galvaudée.

Le pire dans l’histoire: les dégâts de toutes sortes, entraînés par l’obligation de ralentir la propagation de la pandémie en décrétant toutes sortes de confinements, vont coûter bien plus que les dédommagements que pourraient offrir les coupables. 

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, 4 avril 2020

    *   *   *

§ L’impasse. 

D’après les experts, comme le Pr. Kim Woo-joo du Korea University Guro Hospital, le coronavirus est plus sournois et plus contagieux que l’on pouvait le penser. Entretien du 24.3.2020: https://www.youtube.com/watch?v=gAk7aX5hksU  qui bénéficie d’un sous-titrage en anglais et en français. Il est donc difficile de croire que quiconque, dans la situation d’absence de vaccin, pourra être certain d’échapper indéfiniment à la pandémie.

Si l’on veut renoncer à des confinements, il faut soit disposer rapidement de médicaments permettant de diminuer la dangerosité d’une telle infection, soit à terme (plus de 18 mois au minimum) d’un vaccin pour l’éviter. Or le Plaquenil ou ses génériques ont été négligés, en cabinets de médecins de famille en Suisse, sous des prétextes administratifs: ainsi a été probablement prolongé des semaines durant le confinement des habitants … 

La Pologne a décidé d’utiliser comme médicament en masse le phosphate de chloroquine; voir le lien:    https://www.europeanscientist.com/fr/redactions-choice-fr/covid-19-la-chloroquine-peut-etre-prescrite-en-pologne/   selon Dr. Grzegorz Cessak – 

Informés dès milieu mars par mes courriels de l’existence d’un médicament de soutien, la TV RTS, et les quotidiens Le Temps et 24 Heures, ne l’ont depuis des semaines jamais évoqué; médicament, dont le rôle serait d’éviter à terme les drames et les coûts démentiels du confinement généralisé. Un résumé du § ci-dessus « Comment va-t-on sortir du confinement… » , m’est revenu très rapidement du journal 24 Heures avec la réponse: « Bonjour,  / Votre courrier indiquant comment se protéger du Covid-19 m’est bien parvenu. / Toutefois, n’étant pas en mesure de vérifier scientifiquement vos assertions, il a été décidé par la rédaction en chef de ne pas publier votre texte. … ». Non seulement la Rédaction ne s’est pas donné la peine de vérifier les données fournies sous ma signature (ce qu’un journaliste devrait savoir faire, par exemple par un entretien avec quelques virologues compétents), mais de plus le sens de mon message a été estropié dans cette réponse; par suite, ce sujet super-important – les fondements, à examiner à la loupe, des mesures fédérales, cantonales et communales extraordinaires – a donc été carrément censuré ! Que penser d’un tel manque d’indépendance et de curiosité ? 

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, rév. 9 avril 2020

    *   *   *

§ Le traitement du coronavirus COVID-19 par l’IHU Méditerranée-Infections 

Le 22 mars 2020 a été émis un communiqué, retrouvé sur le site de l’IHU et dont voici le lien et un extrait, qui fondent sur le plan médical le texte qui précède (§ du 27.3.2020):

   https://www.mediterranee-infection.com/epidemie-a-coronavirus-covid-19/   

«   Marseille, le 22 mars 2020 / … Nous avons décidé :
· Pour les tous les malades fébriles qui viennent nous consulter, de pratiquer les tests pour le diagnostic d’infection à Covid 19 ;
· Pour tous les patients infectés, dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner, de proposer au plus tôt de la maladie, dès le diagnostic :
– un traitement par l’association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d’usage de cette association (avec notamment un électrocardiogramme à J0 et J2), et hors AMM. Dans les cas de pneumonie sévère, un antibiotique à large spectre est également associé. … 

… Pr Philippe Brouqui, Pr Jean-Christophe Lagier, Pr Matthieu Million, Pr Philippe Parola, Pr Didier Raoult, Dr Marie Hocquart   »

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, 17 avril 2020, rév. 25.4.2020

Ce contenu a été publié dans Suisse, techniques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Gagner la guerre contre le coronavirus COVID-19

  1. Ping : Nuls en sciences de base? La note sera très salée ! | Toutes les énergies

Les commentaires sont fermés.