Climat et CO2 – Argumentaire pour climato-réalistes

C’est avec grand plaisir que j’ai découvert un auteur scientifique, qui comme moi trouvait bizarre, la soi-disant faculté de l’humanité à influencer le climat global; qui s’interrogeait sur les soi-disant propriétés de certains gaz, en microscopiques traces dans l’atmosphère, à piloter cet étonnant effet. 

Or dès les premiers calculs en physique, on est saisi de doutes; qui se confirment, quand on en vient à estimer le maximum atteignable par ces propriétés: ni le CO2, ni le méthane, ni aucune des grosses molécules de l’air ne permettent en réalité d’effet de serre appréciable (moins de 0.12°C); l’équation de transfert radiatif numérisée en minimise donc l’hypothèse, cependant que l’application de l’équation des gaz parfaits à notre troposphère la détruit … Par un autre chemin, l’auteur a compris combien l’humanité a peu de pouvoir sur Terre.

Je ne résiste pas au plaisir de fournir au lecteur, comme apéritif, un extrait des plus savoureux, à propos des sautes naturelles de températures du climat suisse, observées à Zermatt. 

L’éditeur, Colombier (VD), le 18 mai 2020

Biographie de l’auteur: 

  •   Formation: ingénieur électricien EPUL
  •   Puis informaticien
  •   Enfin administrateur.
  •   Climatologie: a participé à la première grande étude climatologique faite à l’EPFL (années 1980: projet CLIMOD, impact des centrales nucléaires sur le climat; cet impact s’est révélé quasi-nul).
  •   Scientifique retraité et climato-réaliste

Manuscrit (21 pages)Petit argumentaire pour climato-réalistes (.pdf)

Extrait promis: « …

Le pèlerinage des Zermattois:

Au XIIIe siècle, l’évêque de Sion avait imposé aux Zermattois un pèlerinage annuel à l’église de Valère à Sion. A pied, bien entendu (en été – début automne, car sans neige sur le chemin). Pour expier quelque forfait (non documenté à ce jour)? Ce n’est pas toute la population qui devait pèleriner ainsi, mais une délégation de notables (10 à 20 personnes).

Or, avec les températures actuelles et les équipements de marche de l’époque (chaussures à semelles en cuir durci ou en bois, pas de crampons à glace, pas de piolets), quel était l’itinéraire pédestre le plus court de Zermatt à Sion? Descendre la vallée de la Viège jusqu’à Viège, puis celle du Rhône jusqu’à Sion. C’était long: 3 jours (en se levant tôt, marchant d’un bon pas et s’arrêtant tard); ajoutons un jour à Sion pour faire ses dévotions et se reposer, puis les 3 jours du retour: en tout, une semaine!

Mais il y a un itinéraire pédestre plus court: partir de Zermatt vers l’Ouest (sur la moraine du glacier de Zmutt) jusqu’à la cabane actuelle de Schönbiel, puis monter au Nord jusqu’au col d’Hérens, enfin descendre le val d’Hérens: 2 jours seulement (en quittant Zermatt aux aurores!). Donc pèlerinage raccourci à 5 jours. « Halte là! » direz-vous: « le col d’Hérens est à 3458 m d’altitude et complètement englacé, même en plein été; et pas moyen de contourner son glacier (glacier de Ferpècle): il barre tout le col et ses deux flancs butent sur des parois à pic! Avec leurs équipements de marche du XIIIe siècle, les Zermattois n’auraient jamais pu le franchir (glace vive car plus de neige en été-automne) … Et pourtant, les Zermattois franchissaient ce col; c’est documenté! Seule explication possible: au XIIIe siècle, le col d’Hérens n’était pas englacé. Donc le glacier de Ferpècle ne descendait pas au-dessous de 3400 m (altitude du col actuel englacé moins quelques dizaines de m de glace). Et quelle est l’altitude actuelle de la pointe du glacier de Ferpècle? 2300 m. Différence en m d’altitude: 1100 m. Différence en °C: 1100 m/ 400 m/°C = + 2,75 °C au XIIIe siècle. 

Pour les amateurs d’histoire: au début du XIVe siècle (années 1310), il y a eu un refroidissement climatique fort et rapide. Le glacier de Ferpècle a avancé et barré le col d’Hérens (comme maintenant). Les Zermattois ont écrit à l’évêque qu’ils ne pouvaient plus passer. Ils espéraient qu’il supprimerait leur pèlerinage, mais Monseigneur ne l’entendait pas de cette oreille. Il leur a répondu en substance: « En attendant que le glacier recule assez, vous ferez le pèlerinage par Viège. Mais comme il est plus long, vous ne le ferez qu’un an sur deux. » Le pèlerinage n’a été supprimé qu’en… 1666!     

Jean-Daniel Gousenberg, Ecublens,  janvier 2020 …» 

Table des matières

§  Introduction

§  Evaluer les données quantifiables dans leur contexte: le poids du CO2 dans toute l’atmosphère

§  … (bis): le poids du CO2 dans les gaz à effet de serre

§  Tenir compte de toutes les causes de modifications climatiques et du poids relatif de l’impact de chacune

  •   Variations du rayonnement thermique du soleil
  •   Eruptions volcaniques
  •   – Variations des courants marin

§  Evaluer objectivement la qualité et la fiabilité des modèles prévisionnels en usage

§  Tenir compte de l’histoire du climat, même ancienne

§  L’optimum médiéval

§  Evolutions « températures vs. CO2 » au XXe siècle: vous avez dit « Bizarre »?

§  Pause pour lier la gerbe

§  Mais alors, pourquoi la doctrine des climato-catastrophistes domine-t-elle tant le débat (au point qu’on peut l’appeler « pensée unique »)?

§  De l’espoir…

§  …mais les mesures erronées ont la vie dure

  •   L’heure d’été
  •   L’interdiction des CFC (Chloro-Fluoro-Carbones)
  •   La « mort des forêts »

§  Economie: l’art de se tirer une balle dans le pied

§  L’espoir viendra-t-il d’outre-Atlantique?

  Annexe 1: Pour en savoir plus: mini-bibliographie et « webographie »

  Annexe 2: Preuves valaisannes de l’optimum médiéval: 3 degrés de plus que maintenant au XIIIe siècle

  •   Les vignes (au 13ème siècle, limite 1’500 m d’altitude)
  •   Le seigle cultivé jusqu’à 2000 m (ex. les terrasses de Chemeuille)
  •   Le tronc d’arole du glacier du Gorner (sous le Mont Rose)
  •   Les pâturages (alpages): …Leur limite au 13ème siècle: 3000 m.
  •   Le pèlerinage des Zermattois
  •   La viande fraîche pour les Valdôtains

Annexe 3: Les cycles de Milankovic

Annexe 4: « Le GIEC a toujours raison »: La « noyade » des Tuvalu

Annexe 5: Retour au CO2: aimez-vous le camembert?

L’éditeur, Colombier (VD), le 18 mai 2020

Ce contenu a été publié dans Nucléaire civil, science de l'atmosphère, Suisse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.