Thorium, oui! mais pas seulement

Lettre de lecteur, parue le 22 avril 2014 dans Le Temps (LT)

*   *   *

On ne peut que rejoindre la conclusion de l’article (LT du 10 avril) appelant à «l’urgence d’accélérer la recherche sur la filière du thorium», que réclament MM. Couchepin et de Mestral. Pourtant, un argument de poids est sous-estimé, celui du potentiel représenté par le combustible «usé» retiré de nos réacteurs. Un moratoire, infondé à notre avis, voulu par le Conseil fédéral, en empêche le «retraitement», soit de trier et d’en recycler la majeure part réutilisable!

Le combustible frais, «enrichi», comprend 4% d’uranium fissile U-235 et 96% d’uranium fertile U-238. Après retrait du réacteur, l’inventaire est de 1% d’U-235, 1% de plutonium, et 94% d’U-238, auxquels s’ajoutent 4% de produits de fissions (plus une infime fraction d’actinides) à gérer, les vrais déchets nucléaires. Ce sont des isotopes radioactifs à différentes durées de vie et radioactivités qui peuvent être séparés et «transmutés» en isotopes bien moins dangereux, et gérables dans un stockage séculaire. Par contre, on voit qu’il reste 96% de «résidus valorisables», constitués des deux isotopes d’uranium et du plutonium, matériaux qu’il est irrationnel d’enfouir avec les produits de fission. Cette matière est réutilisable pour un autre cycle de production d’électricité. Elle contient encore 24 fois (= 96:4) plus d’énergie que celle déjà retirée!

Les 5 réacteurs nucléaires de Suisse produisent entre 23 et 26 TWh d’électricité par an, en «fissionnant» 3 tonnes de matière fissile par an. Cela représente 75 tonnes de combustible par an. En 50 ans, nos réacteurs en auront consommé 3’750 tonnes dont seulement 4% (150 tonnes) auront produit de l’électricité. Au total, notre précieux stock de 3’600 tonnes de soi-disant déchets nucléaires représente 1’200 ans (= 3’600:3) de production annuelle. Ce potentiel sera «valorisé» par les nouveaux réacteurs, dits de 4e génération. À 5 ct. le kWh, cela représente bien 400 millions la tonne. De l’or en barre!

Christophe de Reyff, Pensier (FR)

*   *   *

Relire:

   Le nucléaire sera durable   , de 2002 (!),

   Isotopes fertiles, dans les résidus nucléaires: de l’or en barre…   , de 2007 (!)

   Gaspiller ou exploiter les déchets nucléaires ?   , de 2012

   Une unique voie royale , de 2012   

Ce contenu a été publié dans Energie, Nucléaire civil, politique, Suisse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Thorium, oui! mais pas seulement

  1. Ping : Détruire sans peur les déchets nucléaires ! | Toutes les énergies

Laisser un commentaire