Le canular du siècle, son petit nom: CO2  …

De source scientifique sûre [1], on sait depuis 2014 que le CO2 n’a pratiquement aucun effet de serre, donc pas de rôle dans un réchauffement global, dans l’évolution du climat: la Nature ne fonctionne pas, comme doctement rapporté avec persévérance par les climatologues de l’ONU. La Planète survivra – même avec encore plus de CO2 mis dans l’atmosphère par l’humanité !

Pourquoi se risquer à parler dès le 1er janvier 2019 de ce gaz autrement qu’en sciences? Pour éviter l’instauration, la Société ayant pris au sérieux cette mystification, d’une tyrannie croissante.

§ Êtes-vous de bonnes poires du canular du siècle sur le CO2 – ou simplement des victimes, ou des témoins muets – ou des complices intéressés, des prédateurs, ou des auteurs ? Comment qualifier ceux qui devraient en principe savoir lire de la physique, reconnaître le canular – et pourtant sont une foule à parler de l’urgence qu’il y aurait à décarboner ? Incompétents ou pervers ? Journalistes échotiers sans véritable culture scientifique ou experts en désinformation ? Dirigeants opportunistes, gestionnaires déloyaux ou escrocs de haut vol ? Que faire pour stopper la gigantesque escroquerie internationale du siècle, à base de CO2 ? Celle de Bernard Madoff était minuscule, à côté !  Se méfier des bons apôtres en faveur de la planète: à chaque fois que leurs prêches, fondés sur le dit canular du siècle, sont accompagnés de millions ou de milliards de soi-disants investissements ou de subventions, vous chaussez les souliers des bonnes poires [2] …

… ses effets:

§ Economiser des combustibles ou des carburants fossiles est évidemment sensé, car ils ne sont que très lentement renouvelables; mais taxer le CO2 en se référant au canular du siècle (!): autant avoir le courage d’appeler ça un impôt supplémentaire. Interdire l’usage d’électricité pour se chauffer, de charbon, de pétrole ou de gaz est abusif, dans la mesure où les moyens de les remplacer ne peuvent pas ou ne sont volontairement pas utilisés; exemple au village: l’exploitation-alibi de la chaleur solaire pour des bâtiments neufs (pas accumulée pour l’hiver) – et l’oubli du froid hivernal (pas accumulé pour l’été) – à Echichens [3] !

§ Songer à une transition énergétique semble raisonnable – une fois la réflexion débarrassée du canular du CO2; mais il y a tous les effets secondaires nocifs, comme par exemple la chute prévisible du niveau de l’électricité actuelle (en Suisse à ~ 60% dans le meilleur des cas) et de la sécurité des approvisionnements – ou les effets (pas étudiés) des éoliennes sur la météo, dont la sécheresse [4]. Il y a aussi la baisse de qualité des sources d’électricité: se méfier des sources intermittentes, aléatoires, non pilotables; le calcul de leurs coûts doivent comprendre ceux des black-outs [5] qu’on leur devra et aussi ceux des usines à gaz de remplacement …

§ Seule une petite minorité pourra bénéficier de chauffages à pompe à chaleur ou de véhicules électriques – à cause de la rareté prévisible inopportune du courant et de la cherté inévitable des batteries … Mais à cause du canular du siècle, l’industrie automobile s’est lancée tête baissée dans des développements (par milliards d’€ ou de $) de véhicules électriques.

… et le verrouillage des moyens de sauvetage:

§ Se méfier des ennemis du nucléaire: ils sont en conflits d’intérêts (les plus fervents sont financés par des énergies concurrentes); or les dangers de la radioactivité sont maîtrisables: les invoquer est donc tromperie [6], autant que la soi-disant durabilité des déchets – qu’on sait exploiter ou détruire quand on s’en donne la peine; il y a plus de 20 ans qu’on saurait  le faire [7].

§ Mais pour s’y lancer, il ne faut pas installer durablement de très populaires ministres de l’énergie, socialistes ou sans formation scientifique … En plus d’une sotte « sortie du nucléaire », ces dirigeants ne savent manifestement pas faire la différence entre une vraie transition énergétique et une impasse.

Bibliographie

1. Travaux du Pr. Franz-Karl Reinhart, physicien. Biographie:  CO2, une chimère climatique   Textes:    CO2 et effet de serre

2. Subventions 2017 aux énergies renouvelables en Suisse; voir la Bibliographie. Toutes les installations n’ayant pas été listées, c’est beaucoup plus que 577 millions CHF …

3. Loi cantonale sur l’énergie, bafouée à Echichens; comment forcer les gens à se chauffer au gaz …

4. Réchauffement et sécheresse provoqués par les éoliennes.

5. Black-out en Australie du Sud.

6. Fraude en 1946 (à propos de radioactivité) du Prix Nobel Hermann Joseph Müller. Voir la documentation citée à la fin de l’article.

7. Détruire sans peur les déchets nucléaires.

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, le 1er janvier 2019

Ce contenu a été publié dans Nucléaire civil, politique, science de l'atmosphère, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.