Electricité en Suisse: roulés dans la farine !

Ce 30.11.2015 a été publiée dans le quotidien 24 heures une version révisée de l’article; l’ancienne (du 6.11.2015) ayant fait l’objet de commentaires, c’est la raison pour laquelle on trouve ici les deux versions. (L’éditeur)

Electricité en Suisse: roulés dans la farine !   

La stratégie énergétique 2050 (!) de la Confédération pèche sur un point fondamental, qui concerne le futur de notre électricité: le remplacement des centrales nucléaires par des énergies renouvelables est en Suisse physiquement impossible, pour des raisons d’horaires et de calendrier; invendables en été, absentes en hiver … investissements s’avérant du gaspillage.

Cette précision a régulièrement manqué dans les présentations faites par nos édiles – et les nombreux spécialistes qui le savent se taisent: la conséquence première est que nous devrons acheter de l’ordre de 20 milliards de KWH/an à l’étranger pour la nuit et l’hiver … En décrétant une sortie du nucléaire, sans pour autant que le remplacement en soit assuré en Suisse, nos Autorités de facto augmentent massivement notre dépendance à l’égard de l’UE – nos voisins – c’est très inopportun et plein de risques, techniques, financiers, politiques et stratégiques …

Médecine et biologie ne justifient pas d’une telle trouille du nucléaire: loin des faits, c’est de l’idéologie. Sortir du nucléaire s’avère donc une très lourde erreur. Ma proposition: faire une pause et repenser le problème.

La responsabilité principale de ce scandale (pire que celui de VW, il concerne 8 millions de gens en Suisse  !) en incombe à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), qui a semble-t-il ainsi roulé dans la farine les commissions CEATE, le Conseil fédéral, le Parlement, enfin le peuple … Le département dont l’OFEN dépend est le DETEC de Mme Leuthard: pourquoi n’a-t-elle pas jusqu’ici entrepris d’y faire le ménage ? 

Texte supprimé par la Rédaction:

Documentation sur le blog www.entrelemanetjura.ch « Toutes les énergies »

André Bovay-Rohr, Colombier, le 23 novembre 2015

Commentaire (version plus ancienne, non publiée)

Ces temps, il y a élections du Parlement suisse; il va y avoir élections au Conseil fédéral par ce Parlement dans quelques semaines: une occasion de tenir compte des bilans, de poser des questions fondamentales et le cas échéant de faire le ménage …

[… texte identique …]

Documentation:

– En physique: Remplacer Mühleberg nucléaire ? Exclu !

– En médecine et biologie: Table de M. Bertrand Barré (relation entre santé et radioactivité ambiante). Voir

   http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/radioactivite-l-effet-pervers-de-normes-trop-strictes_a-32-7966.html

– Livre « Comprendre la transition énergétique, 100 question brûlantes, 100 réponses la tête froide » au chapitre 63, page 137, des propositions inapplicables …

Auteurs: MM. Vuille (EPFL), Pr. Favrat (retraité EPFL) et Pr. Erkman (UNIL), PPUR, 2015

André Bovay-Rohr, Colombier, le 6 novembre 2015, rév. 20.7.2016

Commentaire 

Les journaux de Suisse romande les plus répandus ont reçu le texte suivant:

Objet : Inquiétante désinformation

Madame la Rédactrice en Chef, Monsieur le Rédacteur en Chef, 

Dans vos publications, aussi bien que dans d’autres médias, je n’ai pas eu d’échos sur une information solidement documentée à propos de stratégie énergétique de la Confédération. En effet, j’ai lu et entendu de toutes parts que l’on pourra remplacer le nucléaire par des énergies renouvelables et par de l’accumulation, pour disposer d’assez d’électricité en Suisse: comme physicien de formation, je pense que nous avons affaire à de la désinformation. 

En effet, les premiers raisonnements et les premiers calculs un peu sérieux montrent que ce remplacement est  physiquement impossible en Suisse; il faudra donc se livrer à un serrage de ceinture massif ou  importer massivement de l’électricité de chez les pays voisins – sombres perspectives ! 

Par la présente, je vous encourage à reproduire le contenu de l’article court et bien documenté, disponible dans le blog que j’édite: [… le présent article !] pour répondre à ceux qui nous désinforment.  

Meilleures salutations. …

André Bovay-Rohr, Colombier, le 11 novembre 2015

Commentaires

L’éditeur a reçu 3 commentaires d’ordre technique surtout, ce qui les place après l’article de documentation en physique, sans pour autant passer sous silence les autres aspects de cette affaire. Ces contributeurs sont tous d’accord avec les conclusions générales du présent article – ils ne sont pas les seuls !

Celui de Mme Fabienne Chapuis Hini révèle, dans un échange de correspondance avec la Confédération datant de 2010, l’impréparation de l’OFEN à propos de remplacement du nucléaire, entre autres par accumulation d’électricité: aucun chiffre !

L’éditeur, Colombier, le 24 novembre 2015

Commentaire

[Extraits ci-dessous, prémonitoires du présent article. Cet autre avertissement, plus général, venant d’un expert chevronné, date d’une année … avant les délibérations du Conseil national; voir aussi

  http://www.entrelemanetjura.ch/BLOG_WP_351/decadence/

L’éditeur, Colombier, le 25 novembre 2015]

Le problème de la Stratégie Énergétique 2050, est que sur plusieurs points essentiels, soit  elle ignore ou écarte certaines réalités scientifiques, soit elle s’appuie sur des analyses qui manquent de rigueur scientifique et sont incohérentes ou biaisées par des préférences personnelles partisanes ou idéologiques. Pour cette raison, la SE 2050 proposée nous paraît affectée d’un clair dysfonctionnement dans les travaux préparatoires de l’administration et révéler une gestion défaillante des connaissances et moyens d’analyses scientifiques disponibles dans nos hautes écoles, nos universités, nos bureaux d’ingénieurs et aussi dans l’industrie énergétique.

 Ces objectifs (de la SE 2050) constituent un cahier des charges, mais sans programme et sans mesures concrètes, chiffrées et vérifiables du point de vue de la faisabilité et des coûts. On ne construit pas une maison sur la base du seul cahier des charges, sans voir les plans. Des études fondées confirment ces trois défauts, elles sont ignorées. Problème : le manque de sérieux politique et scientifique de l’Office fédéral de l’énergie depuis l’ère Leuenberger. Source:

   http://lesobservateurs.ch/2014/11/20/nucleaire-les-scientifiques-font-les-zouaves/

Jean-François Dupont, Pampigny, le 25 novembre 2015

Ce contenu a été publié dans Energie, Energies renouvelables, médias, Nucléaire civil, politique, Suisse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.