Effet de serre. Ecroulement de sa théorie physique.

La réfutabilité a été introduite dès 1934 par Karl Popper en épistémologie, permettant d’établir une démarcation entre les théories scientifiques et celles qui ne le sont pas. Une affirmation est dite réfutable si sa forme logique est telle qu’il est possible de tester son éventuelle fausseté par une expérimentation: c’est ce qui va être fait ici.

Quand une telle démonstration prend 6 lignes (comme ici, en physique de base), il n’y a pas lieu de lancer de grandes publications à comité de lecture …

Dans un gaz comme l’atmosphère terrestre, il y a concurrence entre deux procédés pour échanger de l’énergie: par émission-réception de photons ou par collision; dans un gaz respectant la loi des gaz parfaits, il y a domination quasi-totale du procédé par collisions (les molécules ou les atomes échangent très rapidement leur énergie, jusqu’à atteindre la température T et la pression P permettant l’application de l’équation).

Le concept d’effet de serre suppose que de l’énergie parvenue jusqu’au sol (source chaude) peut être transformée en rayonnements infrarouges IR, photons absorbés par des « gaz dits à effet de serre » comme le CO2, situés dans l’atmosphère au-dessus, IR réémis et ensuite capables de s’ajouter en partie à la source chaude initiale (rayonnement solaire absorbé par le sol). Définition en physique de l’effet de serre, citation (orthographe rectifiée):

   • C’est une interprétation des résultats obtenus en résolvant l’équation de transfert radiatif. • Lorsque le milieu est optiquement épais, on doit raisonner en altitude d’émission • Un accroissement de CO2 ne modifie pas directement les flux en surface, mais augmente l’altitude d’émission, diminue le refroidissement de l’atmosphère ce qui finit par réchauffer la surface.   (Prof. Jean-Louis Dufresne, Rabat, 27 mars 2017 ).

On est en présence d’une erreur de raisonnement: la réémission IR (soi-disant en partie vers le bas) va être entravée dans toute la partie de l’atmosphère répondant aux conditions de l’équation des gaz parfaits; les bilans énergétiques ne sont pas modifiés, mais bien les bilans attribués aux IR, au profit des bilans de chaleur, qui va être évacuée systématiquement vers le haut de la troposphère, entre autres par la très vigoureuse conduction. 

Expérimentation (par simulation): Le calcul de l’effet des IR générés par un sol à 288°K, sur une atmosphère à contenu variable en CO2, montre que l’augmentation de 280 à 400 ppmv génère une absorption de l’énergie de ces IR, correspondant à un échauffement de moins de 0.12°K; on aura donc un très léger transfert de chaleur par IR plutôt que par conduction.

C’était en 2014 l’écroulement de l’idée d’un effet de serre possible: il n’y a pas assez de l’énergie nécessaire pour justifier des degrés de réchauffement climatique, ni de phénomène physique capable de transferts importants (source de chaleur secondaire à la source chaude) vers le bas; ce qui a démontré que toute cette théorie n’a rien de scientifique … l’effet de serre est une invention.

C’est le fondement de toute la théorie prétendant que le CO2 contribue d’importance à un réchauffement climatique qui s’est écroulé en 2014, de même c’est le fondement de toute prétention à l’efficacité de la « lutte pour le climat » par limitation des émissions de CO2 qui s’est écroulé. 

Bibliographie

La Terre est une planète – pas une serre !

André Bovay-Rohr, Colombier-sur-Morges, le 24 mars 2019

Ce contenu a été publié dans science de l'atmosphère, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.