Comment le nucléaire sera durable

Les déchets nucléaires sont bourrés d’énergie; on peut très bien les détruire, les réacteurs sachant réutiliser les combustibles nucléaires usagés sont réalisables depuis les années 1990 (simulés avec succès sur ordinateur et ayant fait l’objet de publications spécialisées). En faisant l’inventaire du combustible déjà présent en Suisse, au dépôt de Würenlingen, on découvre qu’il y a là de quoi remplacer l’énergie totale consommée en Suisse au rythme actuel pour plus d’un siècle (pétrole, gaz et ancien nucléaire): du 100%, durable. Aucun souci de manquer de combustible nucléaire.

On peut se demander pourquoi les médias ont fait sur ce sujet, depuis ma publication de janvier 2007, une censure tellement efficace; j’ai deux hypothèses complémentaires:

1. Les journalistes avec formation scientifique, capables de lire l’anglais spécialisé en cette matière, sont rarissimes.

2. Les guerres commerciales entre sources d’énergie, principalement le pétrole, mais aussi le gaz, ont été menées par des experts, qui ont utilisé (et financé en sous-main) le mouvement anti-nucléaire à leur profit.

Ces spécialistes ont appris aux écologistes, aux Verts de toutes tendances, que devant la faiblesse de leurs propositions, il ne faut surtout jamais se livrer à des commentaires, à des polémiques ou à des comparaisons chiffrées: ils sont sûrs de perdre. Donc les anti-nucléaires se contentent de répéter des messages, sans base vérifiable, sur l’essor des énergies renouvelables et sur le danger du nucléaire: on ambitionne donc de remplacer le nucléaire – or le premier calcul un peu sérieux montre qu’avant extrêmement longtemps, ce ne sera pas faisable.

Pour le moment donc, à les avoir trop écoutés, la Suisse s’est tiré une rafale dans les deux pieds, en écartant la seule source sûre et assez durable à sa portée, sa seule bouée de sauvetage si le pétrole ou le gaz allaient la lâcher: l’énergie nucléaire durable !

Commentaires

J’ai fait la même expérience : impossible d’obtenir le moindre écho sur la question de l’exploitation des déchets. La plus grande mauvaise foi règne à ce sujet, et l’on peut se demander à quel niveau exactement se situe le blocage. Qui a intérêt à la pénurie? Il faut probablement attendre les grandes coupures de courant pour que le thème surnage.

Écrit par : Sophie | 30/06/2012

Excellent article.

Effectivement je me rappelle quand j’avais visité la central nucléaire de Mühleberg au debut des années 2000, on nous avais expliqué que les fut en verre et acier contenant les déchets continue d’emettre de la chaleur pendant plus de 200 ans. Une energie que l’on pourrait parfaitement utiliser pour chauffer l’eau des piscine par exemple, ou des habitation.

Bon je ne dit pas de simplement poser les fut à coté d’un tuyau d’eau. Mais ont arrive bien à faire voler des avions de 270 tonnes! On doit bien arriver à récuperer cette chaleur et en faire quelque chose!

Cela dit, même si je ne suis absolument pas écolo mais par contre, respectueux de la nature, il faut reconnaitre parfois qu’ils soulèvent certaines problématique. Et c’est la raison pour laquelle il faut les écouter (mais sans prendre en cinsiédration leur proposition de solution) et essayer d’améliorer ce que l’on fait deja.

Les pressions anti-nucléaire mettrons un peu de pression au pro-nucléaire pour trouver des solutions convenables et ainsi sauver le nucléaire.
Car quand on voit l’energie grise produite pour produire du courant « vert » on se demande qu’est-ce qu’elle a de plus de vert!?!

Écrit par : DdD | 30/06/2012

qu’il fait bon lire un article réaliste!

Écrit par : lovsmeralda | 30/06/2012

Pour compléter mon premier post, permettez-moi de rebondir brièvement sur ce que vous dites des oligarques du pétrole et du gaz, vraisemblablement à l’origine de l’enfumage de la population à propos du nucléaire.
Suggestion à quiconque en aurait le temps, la force, les moyens : une action qui serait du plus haut intérêt public consisterait à informer la population sans passer par les médias, vraisemblablement à la botte de la finance, donc des susmentionnés. Comment…. un bon sujet de réflexion en soi.

Ce que j’observe partout : les gens ne croient pas que l’énergie manquera un jour, et ressentent les questions énergétiques comme un domaine rébarbatif et opaque qui ne relève pas de leur compétence. Ils se plaindront amèrement le jour où il sera trop tard.

Donc ce que pourraient faire les personnes dévouées qui en auraient l’intérêt et le loisir : mettre au point de brefs messages d’information percutante et très simple – à répandre par voie d’imprimés et électronique. Avec l’Internet bien utilisé, tout est possible aujourd’hui. Message aussi simple et clair que possible, de masse, et répétitif. Par tous les canaux possibles. Pour briser la muraille du silence. Par les médias et les canaux politiques officiels, c’est manifestement impossible.

Simple exemple, un message du genre : « Coupure de courant : pas de téléphone, de radio, d’ordinateur, d’ascenseur, de climatisation, d’éclairage, d’eau chaude, de chauffage, de transports publics, de magasins, … essayez-donc pendant 3 jours, pour voir… sans le nucléaire, c’est dans 10 mois… » – puis un bilan en 2 lignes de nos besoins et de nos ressources sans le nucléaire. Bref, éclairer la lanterne des gens pendant qu’il est encore temps par des messages à leur portée. J’insiste : simple, de masse, répétitif. Requiert de l’intérêt personnel, du temps, beaucoup d’énergie et de l’argent. Serait du plus haut intérêt public. Je ne sais pas si vous voyez cela comme moi.

Écrit par : Sophie | 01/07/2012

Depuis 2008 on demande que les vrais scientifiques et non les chercheurs mandatés par le Giec puissent s’exprimer.Ce qui frappe néanmoins c’est de constater le nombre de citoyens quémandeurs d’énergies moins dangereuses que le nucléaire et qui parcontre sont les plus grands amateurs de scènes apocalyptiques.Ils ont tellement besoin de se nourrir de peurs virtuelles associées aux joints ,qu’ensuite leur cerveau ne sait même plus différencier le faux du vrai,donc ils deviennent électorat manipulable à souhait,ce qui n’est pas de la part des fumeurs qui eux ont travaillé dès leur plus jeune âge et à qui on ne la fait plus depuis très longtemps
Il est réjouisant de constater le réveil des silencieux,beaucoup d’articles parus d’ailleurs dans la presse Française échappent aux lecteurs Suisses et tout le monde sait aussi que toutes les chaines TV reliées au Web et aux médias offrent aux gens des spectacles dignes de la traversée du désert,musique arrangée de love story avec des anciens textes repris et arrangés eux selon l’humeur du jour en ayant pris soin bien entendu d’avoir changé la présentation des personnages celui de droite prenant la place de gauche,Orson Weel’s rirait bien de l’arnaque UE,pauvre monde!

Écrit par : lovsmeralda | 01/07/2012

Ce contenu a été publié dans Energie, Nucléaire civil, Suisse, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Comment le nucléaire sera durable

  1. Ping : Papillons japonais | Toutes les énergies

Laisser un commentaire